Agnès Rouzier, Non, rien

Collection Brûle-pourpoint chez Zoo éditions, 2015

Extrait :

Et toi, prolongement lyrique du parcours, toi, voix qui démarre sur une note haute, se coupe, repart sur un registre distribué au hasard, impossible à prévoir, à justifier, à saisir, voix qui n’ouvre qu’une série d’ombres (ou d’ondes) en cascades se défaisant, rire d’un rire (ou larmes ou chemins) – ne pas prendre le parti de ce qui dure, mais au contraire celui de changements multiples, capricieux, coléreux, vindicatifs – itinéraires, labyrinthe en carré, pour obliger au volte-face, aux angles brusques, aux courses folles (et toi, spectateur) à l’essoufflement, à la démarche provisoire (lente, rêveuse des somnambules ou rêche, précise…) telle une série d’excitations énergiques --------------- dans un tintement de machine à sous qui déraille, poussée par quelque adolescent rageur, toi, moi, qu’importe, venait à ton secours toute une suite de lumières, de formes, de couleurs, de représentations multiples, (ici se frangeait de jaune la robe de quelque danseuse ou l’uniforme d’un scaphandre interplanétaire, toi, moi, qu’importe, mettons qu’un fleuve, une suite apparente, jaillisse, brusque facilité d’un courant où glisse la boule de métal, tandis qu’aux déclenchements des plots, le tableau s’éclaire, révèle la danseuse ou le scaphandre, par transparence… Et toi, immobile… mais aussitôt le fleuve change de sens, la boule dérape, ou tombe à angle droit, ou bien gagne le ciel, toi, moi, qu’importe, une sorte de bonheur-respiré-essoufflé s’installe.

Agnès Rouzier, Non, rien, Zoo éditions/Z, collection Brûle-pourpoint, 2015, p.22
Réédition du livre paru en juin 1974 dans la collection Change aux Editions Seghers/Laffont, augmenté d’une préface de Jean-Pierre Faye et suivi de quelques pages écrites par Agnès Rouzier après la parution du livre.

Poursuivre :
Sur Poezibao, notes et extraits, entretien avec Stéphane Korvin, responsable de la collection Brûle-Pourpoint.
Sur Sitaudis, une note de lecture de Véronique Pittolo.
Sur le site de l’éditeur.

mercredi 26 août 2015, par Sereine Berlottier